Fév

22

Pelote Argentine au trinquet Andérénia à Saint Jean de Luz

By Bani

Une belle rencontre internationale fut jouée ce vendredi 20 Février 2009 au trinquet Andérénia à Saint Jean de Luz. 

 

La pelote argentine appelée aussi « Paleta gomme creuse » ou « baline » est une des spécialités de la pelote.

Rappel historique:

VIII siècle avant J.C : « l’Homme est comme une pelote dans la main de Dieu » (Isaïe).

La pelote est un jeu très ancien, que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations.Déjà, les Grecs avaient codifié le jeu de pelote sous le nom de « sphéristique » qui rappelle la rondeur de la pelote.Les Mayas également, considéraient les tournois de pelote comme des cérémonies sacrées relatant la lutte entre le bien et le mal.
Plus tard, la colonisation romaine répandit ce jeu dans tout l’Occident, notamment en Gaule sous le nom de « pila » (paume).C’est au Pays Basque que ce jeu a subi les transformations et adaptations les plus radicales.Actuellement, le Pays Basque est le berceau incontesté de la pelote dans le monde.
Le plus grand bouleversement de l’histoire de la pelote fut sans doute l’introduction du caoutchouc (1820/1850) en Europe pour la confection des pelotes.L’ampleur des rebonds étant plus grande qu’avant – les anciennes pelotes étaient faites de recoupes de drap, coton, laine, cuir -, le « jeu de blé » (contre le mur) triompha des jeux classiques (adversaires se faisant face et séparés par un filet ou une ligne au sol).

Aujourd’hui, il existe de multiples spécialités de la Pelote Basque: Espagnol, main nue, baline,…

  

En ce qui concerne notre défi International France-Argentine à baline, le jeu se déroula en trois manches et la victoire fut pour les français, Stéphane Zusanne et Ramuntxo Amestoy. Ce dernier ne céda pas à la puissance du jeune avant argentin. L’expérience, les réflexes et la maitrise innée du jeu l’emportèrent.

  

Cette rencontre fut suivie d’une soirée très agréable grâce à l’accueil de Sophie et Jean Michel Estel. Le trinquet Andérénia est un lieu où vous pouvez déjeuner en semaine, pratiquer le squash (deux courts) et bien entendu la pelote en trinquet à Saint Jean de Luz.

Bonne initiation.

Trinquet Andérénia
ALLEE ETCHEBIAGUE (AMETZAGUE)
64500 ST JEAN DE LUZ
Tél. : 05 59 26 12 12

Jan

17

L’égérie du mois de Janvier 2009: Marilyn Monroe

By Bani

Une femme remarquable qui traverse les décennies, le siècle et le millénaire fait l’objet de toutes les attentions et je souhaite, par cet article, lui rendre hommage.

Marilyn Monroe, de son vrai nom Norma Jeanne Mortenso, fut actrice et chanteuse américaine née le 1er juin 1926 à Los Angeles, Californie et décédée le 5 août 1962 à Los Angeles. Elle accède au statut de star hollywoodienne au début des années 1950, devenant un sex-symbol.

       

Qu’elle soit en shooting photos,sur un plateau de tournage ou autres situations, sa beauté est permanente. Elle incarne le sourire glamour, l’enthousiasme et le charme dynamique. Ce qui lui permit à l’automne 1944 de réaliser sa première photo quasi professionnelle dans le cadre d’une campagne de l’armée américaine. Elle enchaina sur des couvertures de magazines qui lui valuent le nom de « Mmmmmmmm girl ».

En 1952, c’est la consécration avec ses premiers pas au cinéma et sa parution en couverture de life magazine.

En 1955, la mytique scène du film « 7 ans de réflexion » inscrit Marilyn dans l’histoire. Elle se trouve sur grille de métro de New York qui soulève sa robe face à son partenaire Tom Ewell qui l’embrasse pour un premier baiser.

Malgrès les différents désagréments de la vie de Marilyn, l’essentiel se trouve dans l’image qu’elle véhicule à travers le temps: une femme souriante et vivante alliant sensualité, séduction et élégance.

    

Pour les fans, consultez le blog suivant: http://divinemarilyn.canalblog.com

 

Jan

3

Vague de Kanagawa pour une excellente année 2009

By Bani

Je vous souhaite pour cette année 2009 une santé de fer, un bonheur optimal et des affaires dorées. 

Pour ce début d’année, je vous propose de revenir dans l’histoire afin de relativiser sur nos situations qui semblent parfois difficiles. Sacrés pêcheurs…

 

La grande vague de Kanagawa est une célèbre estampe japonaise du peintre japonais Hokusai, publiée en 1831 pendant l’époque d’Edo.

La scène représente trois barges prises dans une forte tempête. Les esquifs sont des Oshiokuri-bune, bateaux rapides qui servaient à transporter par mer du poisson des villages de pêcheurs des péninsules d’Izu et de Bōsō vers les marchés aux poissons de la baie d’Edo. Ce transport de marchandises se veut probablement être le symbole d’une scène du quotidien du Tōkyō du XIXe siècle. En effet, comme son titre l’indique, la scène se déroule dans la préfecture de Kanagawa, située entre Tōkyō au nord, les reliefs du Mont Fuji au nord ouest, la baie de Sagami au sud et la Baie de Tōkyō à l’est. Les barques, orientées vers le sud ouest, reviennent donc à vide de la capitale. Il y a huit rameurs par embarcation, cramponnés à leur rames qu’ils ont pris le soin de relever. Deux passagers supplémentaires sont à l’avant de chaque bateau, ce qui représente un total de trente hommes. Les barques font environ 12 mètres de long, par comparaison, on peut estimer que la vague mesure de 14 à 16 mètres de hauteur. Les marins sont pris dans une forte tempête, peut-être un typhon, ils ont peu de chances d’en réchapper.

La scène a lieu en pleine mer, au sud de la baie de Tokyo, au large de Kanagawa, à 90 kilomètres environ à l’ouest du mont Fuji.